Vierdewereldgroep Mensen voor Mensen vzw

Dans la vidéo, les "carrés" font référence aux enfants en situation de pauvreté ou de précarité. Ils sont souvent confrontés à un accès qui n'est pas sur mesure (un accès rond). Aidez à supprimer les seuils existants pour ces carrés !

Quelle est l’importance de votre groupe cible spécifique et expliquez la manière dont il sera atteint par le projet?

La fracture numérique est connue depuis bien plus longtemps ; la crise du coronavirus la rend toutefois plus criante et appelle à une action directe. De nombreuses familles vulnérables n'ont pas d'ordinateur à la maison, ce qui entrave la communication avec l'école. De nombreuses écoles font de leur mieux pour fournir des fiches de travail sur papier. Pourtant, il y a des inégalités : des exercices interactifs avec des systèmes de récompense amusants, des explications en direct ou une interprétation supplémentaire par les enseignants, la possibilité de voir ses camarades de classe et de se parler,... apportent une grande valeur ajoutée à condition que l'égalité des chances s'applique aussi dans l'enseignement ! De plus, l'accès numérique n'est pas important seulement pendant cette période de crise du coronavirus. Une maman nous a expliqué que maintenant sa fille a reçu un ordinateur grâce à notre projet et qu'elle peut désormais, elle aussi, suivre ses leçons en ligne sur Leerpunt, remplir ses impôts en ligne, ... Disposer d'un ordinateur est synonyme de chances supplémentaires pour les FAMILLES vulnérables !
Nous atteignons notre groupe cible par le biais de notre groupe Vierdewereldgroep Mensen voor Mensen, de diverses organisations partenaires qui participent à ce projet et de toutes les écoles primaires d'Alost.

Quelle est la méthodologie innovante utilisée pour s'attaquer au problème de la pauvreté au sein de votre public cible ? Comment le groupe cible sera-t-il impliqué ?

Notre projet se concentre sur les 3 seuils de la fracture numérique : avoir un ordinateur, avoir un accès à Internet et avoir les compétences nécessaires pour travailler cet ordinateur :
- nous collectons les ordinateurs portables des entreprises et des particuliers. Ces ordinateurs portables sont remis à neuf par une entreprise d'Alost avec laquelle nous collaborons depuis peu. Nous payons 130 euros par ordinateur portable collecté. Les écoles primaires d'Alost ont répertorié les élèves qui n'ont pas d'ordinateur portable. Les écoles ayant l'indicateur OKI (indicateur de précarité en matière d’enseignement) le plus élevé sont les premiers à recevoir des ordinateurs portables. L'école fournit gratuitement un ordinateur portable aux familles qui peuvent le conserver. Nous commençons notre premier cycle avec le troisième degré de l'enseignement primaire. Dans une phase suivante, nous inclurons le deuxième degré :
- les écoles fourniront un à l'Internet via des bons gratuits Proximus/Telenet -
le coordinateur TIC de l'école installera les programmes propres à l'école sur l'ordinateur portable, fournira les codes nécessaires (par exemple Smartschool, etc.) et expliquera aux parents le fonctionnement de l'ordinateur portable afin que la famille sache comment fonctionne l'ordinateur. En outre, grâce à son point DIGI, Leerpunt propose un soutien en ligne aux familles qui ont des questions.
Notre Vierdewereldgroep est l'un des instigateurs de ce projet qui est constamment testé auprès des familles vulnérables. Le projet est né de leur demande !

Quels résultats ont été obtenus par ce projet et comment ont-ils été mesurés ?

À ce jour, 188 élèves ont reçu un ordinateur portable : 122 dans le troisième degré et 66 dans le deuxième degré de l'enseignement primaire. Nous ne savons pas combien de frère(s), sœur(s) et parent(s) cela nous a aussi permis d'atteindre. Il est également difficile de mesurer les gains en termes d'apprentissage ou d'opportunités supplémentaires que l'ordinateur portable apporte à la famille. Mais les témoignages élogieux des parents parlent d'eux-mêmes ! Nous prévoyons d'organiser une tournée dans les écoles pour évaluer les expériences liées à cette action.
Il nous est aussi difficile de mesurer, à ce jour, les résultats des bons contacts qui ont été établis et qui se développent encore actuellement dans le cadre de notre partenariat, mais ils sont, en tout cas, porteurs d'espoir pour l'avenir !
Ce sont des résultats dont nous sommes très fiers. En même temps, le besoin est encore grand et nous avons encore besoin de 54 ordinateurs portables pour le deuxième degré de l'enseignement primaire. Et les besoins dans l'enseignement secondaire sont également importants ; l'action de Ben Weyts n'a pas rapporté beaucoup d'ordinateurs portables à Alost et un soutien supplémentaire est donc aussi le bienvenu à ce niveau !