Centre d'Action Laïque de la Province de Liège

Quelle est l’importance de votre groupe cible spécifique et expliquez la manière dont il sera atteint par le projet?

Le projet-pilote des Ateliers de Seraing propose aux enfants d’un quartier précarisé de nombreuses activités extrascolaires. Le public du quartier est typique des centres urbains en difficulté : une population jeune, en croissance, composée d’étrangers et d’isolés, aux revenus très faibles. Ces facteurs engendrent un déterminisme social et un repli communautaire.

Notre public est majoritairement constitué d’enfants primo-arrivants ou issus de l’immigration récente. L’absence d’accompagnements extra-scolaire adapté a poussé le Centre d’Action Laïque à créer les Ateliers de Seraing, qui offrent à toutes et tous, sans aucune discrimination, une aide à la réussite et l'expérience du vivre ensemble et de la solidarité.

 Les enfants sont accueillis dans un cadre valorisant, avec un matériel "pédaludique" sur mesure, et s'ouvrent à de nouveaux horizons avec, entre autres, des sorties culturelles et éducatives (musées, séjours au vert etc).

Quelle est la méthodologie innovante utilisée pour s'attaquer au problème de la pauvreté au sein de votre public cible ? Comment le groupe cible sera-t-il impliqué ?

Nous fournissons gratuitement aux familles le matériel scolaire nécessaire pour l’année (mallettes, toutes les fournitures) ainsi que directement à l’école. Nos ateliers favorisent un apprentissage positif pour les enfants, qui impacte leur rapport à la scolarité et les ouvre au monde. Nous les accueillons en français, dans des lieux inclusifs et valorisants et les aidons à acquérir les compétences essentielles au reste de leur parcours scolaire. Nous utilisons le jeu, le dialogue et nos propres outils pédagogiques, développés en interne, comme méthode d'apprentissage, en récompensant les efforts (assiduité, motivation, autonomie) et en prolongeant les acquis par des sorties culturelles avec ou sans les parents. Nous offrons ainsi une alternative au quotidien, enrayons l'isolement social, stimulons la curiosité, la solidarité et faisons découvrir de nouvelles expériences et savoir-faire durables.

Dans une démarche de partage, d’ouverture et de démocratie, les enfants sont impliqués dans chaque strate de nos activités, que nous adaptons sans cesse selon leurs développements individuels, souhaits et remarques. Pour ce faire, les animateurs mettent sur pied un système de suggestions, de nombreuses activités, ainsi que des petites attentions qui valorisent l'enfant et le font se sentir important et récompensé pour ses efforts.

Quels résultats ont été obtenus par ce projet et comment ont-ils été mesurés ?

Les dispositifs mis en place entre 2008 et 2014 ont été évalués par un bilan qualitatif, par des statistiques de participation et d'évolutions individuelles ainsi que par une enquête de résultats (réussite au CEB avant/après). A tous niveaux, l'évolution est positive (déségrégation des parcours, confiance des enfants, etc).

Les bilans d’évaluation relèvent une réaction très positive du public et un taux de participation exceptionnellement élevé pour un tel projet. Tant pour la déségrégation des parcours, la mixité socio-culturelle que pour le soutien à la qualité de l’enseignement (diminution du redoublement), l'évolution apparaît à la hausse et positive. Les bons résultats et le bouche-à-oreille ont été déterminants pour toucher des communautés désormais très impliquées. L'école du quartier a gagné en qualité et en solidarité. Pour de nombreux enfants, elle s'est dotée d'une image positive et ils et elles ont également pris confiance en leurs capacités, sont plus curieux, proactifs et solidaires.